Aller directement vers le contenu
Couverture du numéro 142

n°142 / janvier-février 2021

Un magazine de 120 pages

Dans ce numéro, on parle des jeunes confinés, en questionnement et en lutte, de la forêt wallonne du futur, d’économie circulaire et locale, d’immobilité des populations, du dernier livre de Bruno Latour, de la réinsertion sociale sur fond de Covid, du stoïcisme militant, des stéréotypes racistes dans le secteur humanitaire et de l’aide au développement, de nos vies de bureau, de biodiversité sur écoute, d’Alexandre Grothendieck, des lettres d’Ariane Ascaride à son père et de bien d’autres sujets à lire posément pour se nourrir et grandir.

S'abonner / se procurer

Le voyage terrestre d'Imagine



Description des six territoires d'Imagine

Parcourir les territoires

Sur le volcan

[Au fig. Ce qui est vif, ardent, bouillonnant]

luttes - critique sociale – résistances

  • Le sabotage comme outil de résistance. Alors que le collectif La Ronce appelle à la dégradation de paquets de sucre de betterave dans les supermarchés pour protester contre la prolongation des néonicotinoïdes et que le débat autour du sabotage monte chez les activistes, Imagine explore l’histoire et les usages de ce moyen d’action clandestin.
  • Métal croquant. La chronique de Lisette Lombé, autrice, slameuse, collagiste, militante pour les droits des femmes.
  • La réinsertion sociale en quarantaine. En période hivernale et en plein confinement, les travailleurs sociaux de l’Asbl ‘’Comme chez nous’’ font tout pour maintenir leur approche multidisciplinaire d’accueil et d’accompagnement (dite d’acceuilpagnement) des personnes précarisées. Reportage à Marchienne-au-Pont, où l’on se sent oublié par les gestionnaires de la crise, sans pour autant baisser les bras.
  • Ismaël Saidi. Rencontre avec un auteur, metteur en scène et comédien qui sillonne inlassablement les routes avec ses spectacles comme Djihad pour ouvrir le débat avec jeunes et moins jeunes, et discuter d’identité, d’islam, de la puissance des arts, de l’importance du doute.
  • Les mots de Timoteo. Une gravure poético-politique de l’artiste Timoteo.
  • Le Kanar déchaîné. Un dessin caustique et nécessaire signé Bernard Querton, alias Kanar.
  • Rahma et Samuel, un cri de justice dans le ghetto. Un ancien chef de gang et une militante féministe, tous deux kenyans, luttent contre les violences policières et les exécutions extrajudiciaires dans le bidonville de Mathare, à l’est de Nairobi. Rencontre.
  • Contre-courants. La chronique de Corinne Morel Darleux, écrivaine, militante écosocialiste, autrice de Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce (Libertalia).

Le sixième continent

[Usuel. Partie étendue du monde]

Le long format

2021, le monde tel qu’ils l’imaginent

Ils ont entre 18 et 30 ans, à l’aube de leurs études supérieures, démarrent leur vie professionnelle ou sont en quête d’un premier emploi. Comment traversent-ils cette époque si troublée ? Quels sont leurs espoirs pour l’année à venir ? Dans son premier numéro de l’année 2021, Imagine a choisi d’ouvrir ses colonnes à cette génération “M” – comme “mutations” – au travers d’un processus de journalisme collectif et participatif. Un an après le déclenchement de l’épidémie, cette génération encaisse durement la crise en cours et dessine un monde en clair-obscur dans lequel elle souhaite jouer son rôle transformateur.

Zones fertiles

[P. méton. Abondantes en récoltes]

Observations – alternatives – solutions

  • La deuxième vie des encombrants. Reportage à la Ressourcerie du Pays de Liège et zoom sur ce secteur de l’économie de la réutilisation, locale et solidaire en pleine croissance.
  • Les matins clairs de Pedro Correa. Quand un ex-cadre d’une multinationale devient artiste-photographe. Récit d’un parcours de vie à 180 degrés.
  • Géo-stratégo. La chronique d’Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11.
  • Architectures apaisées. Avec le livre “Inventaires#”, un voyage en images à travers l’architecture contemporaine en transition.
  • Lanceurs d’avenir. Au menu, quatre projets innovants portés par des jeunes : des grillons pour l’apéro, des vêtements en fibres recyclées, des voyages pour découvrir la vie sauvage wallonne et de la récupération d’invendus.
  • Nos vies de bureau. Télétravail, open space, flex office, les façons de travailler de millions d’employés sont en pleine mutation. Arrêt sur image et remise en perspective.
  • UEtopique. La chronique d’Olivier De Schutter, professeur à l’UCLouvain, rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, consacrée à la réforme de la Politique agricole commune.

Terra incognita

[Du latin. Territoire qui n’a pas encore été exploré par l’Homme.]

prospective – adaptation – utopies

  • Dans la forêt du futur. Deux ans après sa naissance, le projet Nassonia ambitionne de devenir un Parc national. Un massif clef aux avant-postes de la naturalité, de l’adaptation au défi climatique et d’une gouvernance. Des défis qui seront au cœur des Assises de la forêt annoncées en 2021.
  • Confinements, immobilité et immigration. Et si la pandémie remettait en question notre vision des migrations ? C’est la réflexion posée par Caroline Zickgraf, co-directrice de l’Observatoire Hugo (ULiège), spécialiste des migrations et des populations immobiles. Interview.
  • La chronique sciences de Pablo Servigne et Raphaël Stevens, chercheurs indépendants, experts en études prospectives et auteurs de « Aux origines de la catastrophe », co-édité par Imagine Demain le monde et Les Liens qui Libèrent.
  • L’éco-acoustique, l’oreille de la biodiversité. Des chercheurs mettent différents milieux naturels sur écoute pour mesurer la perte, ou la modification, de la biodiversité. Leur hypothèse : la Terre est un orchestre et la crise climatique modifie son tissu acoustique naturel. Jérôme Sueur, éco-acousticien français, nous fait découvrir cette jeune discipline scientifique fascinante.
  • Notre carte de l’Anthropocène consacrée au développement durable.

Les confluents

[Par analogie. Point de rencontre de deux ou plusieurs voies]

transmission – bien-être - soins

  • Stéréotypes racistes : les ONG en introspection. Dans ce dossier de six pages, Imagine fait le point sur une réflexion entamée par les organisations non-gouvernementales de coopération au développement et d’aide humanitaire. Soucieux de clarifier certains concepts antiracistes et décoloniaux de plus en plus utilisés, le secteur a construit un lexique. Mais au-delà des mots, les ONG sont appelées à décoloniser leur com’, perçue comme un vecteur de racisme.
  • Les pionniers de l’écologie, par Dominique Bourg. Dans chaque numéro, le philosophe nous replonge dans l'œuvre d’une figure marquante. Cet épisode est consacré à Alexandre Grothendiek.
  • “Où suis-je ? Leçons du confinement à l’usage des terrestres”, par Bruno Latour. En primeur, les bonnes feuilles du dernier ouvrage du philosophe français qui sortira le 21 janvier aux éditions La Découverte.
  • Le baromètre égalité-diversité. Après six mois d’analyses, la rédaction revoit sa méthode de travail pour mieux prendre en compte la diversité et la parité dans ses pages. Explications.
  • Tant d’amour à donner. Au sein d’Echoline, sages-femmes et psychologues accompagnent les premiers pas d’enfants et de parents malmenés par la vie.
  • Panser certes, mais aussi penser ses maladies, la chronique de l’Asbl Philocité qui, dans cet épisode, nous apporte des outils philosophiques pour entretenir une bonne hygiène de vie.

Au large

[ Adv. Dans un espace étendu, profondément]

sensibilité – arts – esthétique

  • Ariane Ascaride : “Il y a dans la jeunesse d’aujourd’hui beaucoup d’inventivité et d’insolence”. Un grand entretien de cinq pages avec l’actrice française qui sort Bonjour Pa’, un livre de lettres adressées à son père.
  • Haïku et écologie. Quand le nucléaire inspire l’écrivain Ogawa Keïshu.
  • La ritournelle, par Philippe Marczewski. Dans chaque numéro, l’écrivain et finaliste du Prix Rossel 2019 nous propose un exercice de « psychogéographie minuscule ». Dans ce quatrième épisode, il nous emmène dans une presque enclave, en territoire ucclois.
  • Un graffeur, une œuvre de street art. Un cœur à Belgrade de Jana Danilović.
  • Nos coups de cœur culturels.

dans ce numéro

Entre les pages

  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours

Imagine est un éditeur indépendant. Il vit en priorité grâce à ses lecteurs. Abonnez-vous et contribuez au développement d’un projet de presse original, alternatif et sans but lucratif.

S’abonner