Aller directement vers le contenu
Couverture du numéro 147

n°147 / novembre-décembre 2021

Un magazine de 120 pages

Dans ce 147ème numéro, Imagine vous emmène sur le tarmac de Liège Airport, où la multinationale Alibaba s’installe confortablement. Cap également sur Marseille, à la rencontre des défenseurs des droits des peuples autochtones qui contestent la stratégie mondiale de conservation de la biodiversité. La rédaction n’a pas pu éviter un détour par la COP26, en organisant un débat entre quatre personnalités pour repenser la démocratie face à la menace climatique. Il est aussi question du rôle de la médecine dans la construction des préjugés racistes, de ces mères devant affronter une dépression post-partum, d’une société patriarcale ayant fait croire aux femmes qu’elles sont fragiles et aux hommes qu’ils sont virils, des écrivains qui redonnent une voix aux non-humains.

S'abonner / se procurer

Le voyage terrestre d'Imagine



Description des six territoires d'Imagine

Parcourir les territoires

Sur le volcan

[Au fig. Ce qui est vif, ardent, bouillonnant]

A Angleur, le cœur sur les lèvres. Trois mois après les violentes inondations du 14 juillet dernier, Imagine est retourné sur les lieux de la catastrophe. A Angleur, enclavée entre l’Ourthe et la Meuse. Là où la « crue du siècle » a dévasté des quartiers entiers et où nous avions rédigé notre « Carnet d’un déluge d’été » (n°146, sept-oct.). Un droit de suite aux côtés des habitants sinistrés et de leur lente reconstruction.

Les alter-mécènes. Une action de désobéissance civile à organiser, des outils à acheter pour venir en aide aux squatteurs, une brochure pour un meilleur accès aux droits sociaux à éditer… La fondation Marius Jacob réunit des contributeurs - occasionnels ou réguliers - et offre des bourses à des militants, activistes, désobéissants qui se battent pour un monde plus juste et solidaire. Imagine s’est glissé dans une de ses ACAB, ses assemblées coopératives d’attribution des bourses.

Chronique. Manières de (se) manifester, par Catherine Barsics (collectif L-Slam).

Biodiversité : la voix oubliée des peuples autochtones. En multipliant les aires protégées dont l’humain serait banni, la stratégie mondiale pour sauvegarder la biodiversité laissera-t-elle certains peuples de côté ? Cette crainte, légitime, était au cœur d’un congrès pour « décoloniser la conservation de la nature », à Marseille. Des dizaines d’hommes et de femmes indigènes, d’ici et d’ailleurs, s’y sont réunis. Ils appellent à un changement radical du modèle actuel de conservation, qui fait notamment l’économie de leurs droits humains et fonciers. Et proposent une alternative, sans oppression.

Debora Kayembe, la rectrice activiste. Avant d’être élue rectrice de la prestigieuse université d’Edimbourg en février dernier, Deborah Kayembe a connu, des années auparavant, l’exil forcé, la vie de réfugiée, l’humiliation et les violences racistes. Rencontre avec une juriste écossaise d’origine congolaise qui a les droits humains chevillés au corps

Le sixième continent

[Usuel. Partie étendue du monde)

Liège Airport : destination inconnue

Le 11 novembre, c’est la fête des célibataires en Chine. A Liège Airport, Cainiao, la filiale logistique d’Alibaba Group, va profiter de ce “Black Friday chinois” pour lancer son nouveau hub européen de l’e-commerce. Une ambition : conquérir le marché continental et écouler par centaines de millions des produits Made in China. Comment la multinationale chinoise a-t-elle atterri en Wallonie ? Avec quels soutiens politiques ? A quel prix ? Que contiennent les contrats ? Quels sont les avantages économiques sociaux de cet investissement ? (emplois, retombées économiques et sociales, etc.) ? Quelle mainmise possible de la Chine sur la Wallonie ?

Avec l’appui du Fonds pour le Journalisme, Imagine livre dans ce numéro le premier volet d’une grande enquête en deux épisodes. Une mise à plat inédite d’une success story controversée tentaculaire. Bon voyage de Bierset à Pékin et de Namur à Hanghzou !

Zones fertiles

[P. méton. Abondantes en récoltes]

Tijs et la terre du Groentelaar. Tijs Boelens, agriculteur et militant écologiste dans la région flamande du Pajottenland, fournit en légumes les habitants des alentours et quelques magasins bio de la capitale. En 2012, il a cofondé le Boerenforum, un mouvement qui rassemble et défend les « petits » agriculteurs bio et conventionnels flamands. Durant plusieurs semaines, la jeune photojournaliste Salomé Mossakowski l’a suivi pour Imagine dans les champs de Pepingen. Un récit photo au cœur d’une petite communauté du Pajottenland où le militantisme, la fraternité et le travail de la terre sont intimement liés.

Chronique. Des utopies, ni niaises, ni naïves, par Corinne Morel-Darleux.

Le grand débat d’Imagine : la démocratie sauvera-t-elle le climat ? Après la COP26 de Glasgow, il s’agira de se retrousser les manches pour faire face à l’enjeu climatique. Imagine a réuni le climatologue Jean-Pascal van Ypersele (UCLouvain), la chargée de campagne sur le climat Rebecca Thissen (CNCD-11.11.11), la déléguée du Forum des jeunes ONU Nadège Carlier et le chercheur Nathanaël Wallenhorst (UCO Angers) pour nourrir un dialogue critique et fertile sur la perspective d’une société sans carbone.

Chronique : refonder le commerce mondial, par Arnaud Zacharie.

Les lanceurs d’avenir. Dans chaque numéro, Imagine met en avant des projets innovants et collaboratifs, qui rendent le monde plus juste et durable et démontrent qu’entreprendre autrement est possible.

Chronique. L’émergence de l’Europe furtive, par Olivier De Schutter.

Terra Incognita

[Du latin. Territoire qui n’a pas encore été exploré par l’Homme]

Le Brussels Donuts ou l’économie redessinée. Respecter le plafond écologique et le plancher social, ne pas franchir les limites de la planète tout en assurant une vie digne à tous, c’est le défi que propose de relever le “Donut” de l’économiste Kate Raworth. La Région bruxelloise en a testé la faisabilité, et propose aujourd’hui un mode d’emploi.

Le « vol du temps » : question pour sortir indemne de la pandémie. Si une leçon devait être tirée de la pandémie du Covid-19, c’est notre impréparation. Notre système économico-politique a montré ici non seulement ses failles, sa violence, ses limites mais aussi son incapacité à gérer le monde en devenir et les catastrophes dont le présent et l’avenir sont et seront émaillés. Quels enseignements tirer de cette crise ? Un texte de Jacinthe Mazzocchetti et Pierre-Joseph Laurent, professeurs d’anthropologie (UCLouvain).

Des graines contre le changement climatique. A Lyon, la station expérimentale Vavilov étudie des semences anciennes ramenées de nombreux pays pour trouver des variétés de légumes capables de nourrir les générations futures en s’adaptant aux perturbations environnementales. Visite au milieu des patates trapues, des tomates joufflues et des piments méconnus avec Reporterre.

Les confluents

[P. analogie. Point de rencontre de deux ou plusieurs voies]

La persistance du harcèlement sexiste. Depuis dix ans et la sortie du documentaire « Femme de la rue » de Sofie Peeters, le débat sur le harcèlement dans l’espace public se concentre encore, souvent, sur la protection des femmes. Mais aux « protégez vos filles », se substituent aujourd’hui les « éduquez vos fils ». Un changement de paradigme s’opère-t-il ?

Malternité. Pour certaines femmes, devenir mères s’est révélé être un cauchemar, bien loin des “plus beaux moments de la vie” promis. Des souffrances trop souvent tues, taboues, dont notre société devrait pourtant s’emparer pour les limiter.

Chronique. Hans Jonas, par le philosophe et essayiste Dominique Bourg, qui présente, dans chaque numéro, un ou une penseuse de l’écologie ayant marqué l’histoire.

La fabrique du racisme. La science, et en particulier la médecine, a participé à la construction des préjugés raciaux. A l’époque, ceux-ci répondaient à des objectifs politiques, idéologiques et économiques : le projet colonial s’appuiera d’ailleurs sur les travaux scientifiques pour être légitimer. Une hiérarchisation raciale qui a généré de nombreux stéréotypes qui permettent, aujourd’hui comme à l’époque coloniale, d’ostraciser, de déshumaniser, d’exclure, d’humilier et d’inférioriser « l’autre ». Dans Corps noirs et médecins blancs, l’historienne Delphine Peiretii-Courtis décortique ce projet racial. Un travail de critique historique qui peut nous aider à combattre nos préjugés aujourd’hui. Imagine l’a interviewée.

Chronique. La science peut-elle nous sauver, par Gaëlle Jeanmart (Philocité).

Au large

[Adv. Dans un espace étendu, profondément]

Amitav Gosh : “Les écrivains doivent redonner une voix aux non-humains”. Alors que les sujets qui l’occupent sont graves (dérèglement climatique, crise migratoire), la paix et la sagesse qui se dégagent de cet anthropologue indien ont quelque chose de rassurant. Pour faire face à ce qu’il appelle la « crise planétaire », Amitav Ghosh nous propose un chemin : celui des récits non-modernes, qui nous invitent à repenser le monde. Rencontre.

Chronique. La ritournelle, par Philippe Marczewski, ancien libraire, écrivain et lauréat du prix Rossel 2019 et 2021.

Nos coups de cœur culturels.

La chronique du Trinkhall. Carl Havelange, le directeur artistique du Musée Trinkhall, qui réunit des œuvres d’artistes dits “fragiles”, nous présente le Musée idéal d’Alain Meert.

dans ce numéro

Entre les pages

  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours

Imagine est un éditeur indépendant. Il vit en priorité grâce à ses lecteurs. Abonnez-vous et contribuez au développement d’un projet de presse original, alternatif et sans but lucratif.

S’abonner