Aller directement vers le contenu
Couverture du numéro 143

n°143 / mars-avril 2021

Un magazine de 120 pages

Dans ce numéro, on parle du jeûne de protestation, d’IVG en Argentine, des liens entre écologie et extrême-droite, de la science à l’ère du complotisme, de l’océan à préserver, d’un terril carolo inspirant, de solidarités migratoires, de batteries électriques, de ruchers face aux ruptures climatiques, de luttes non-mixtes, de randographie, de ruralités photographiées, de philosophie végétale, d’une Petite école de la bienveillance, du “ventre du Congo” avec le romancier Blaise Ndala, et de bien d’autres sujets qui élargissent notre horizon à 180 degrés.

S'abonner / se procurer

Le voyage terrestre d'Imagine



Description des six territoires d'Imagine

Parcourir les territoires

Sur le volcan

[Au fig. Ce qui est vif, ardent, bouillonnant]

luttes - critique sociale – résistances

  • Jeûner pour protester. La grève de la faim est un mode de contestation ancien, mais qui revient ça et là au devant de la scène. Comment est né le jeûne de protestation ? Est-il efficace et légitime ? Le point avec Johanna Siméant-Germanos, politiste et enseignante à l’ENS de Paris.
  • Lucie Pinson, la voix de Reclaim Finance. Elle se bat pour que les banques, les assurances et autres investisseurs cessent de financer les énergies fossiles toxiques pour la planète. Récompensée par le prix Goldman (le “prix Nobel” de l’environnement), elle nous raconte son parcours de militante-née.
  • Métal croquant. La chronique de Lisette Lombé, autrice, slameuse, collagiste, militante pour les droits des femmes.
  • L’après M, de la malbouffe à l’entraide. Dans les quartiers nord de Marseille, des salariés et leurs soutiens ont réquisitionné un McDonald’s en liquidation judiciaire. Près d’un an plus tard, L’Après M est devenu une fourmilière de projets solidaires. Et bientôt un fast-food bio, sain et à petits prix ?
  • Extrême-droite et écologie : quand le brun vire au vert. A l’extrême-droite aussi certains s’intéressent aux questions du changement climatique, de la décroissance, du localisme… Des discours à déconstruire pour mieux s’en prémunir.
  • Féminismes : les Argentines donnent le « la ». “Dans les années 70, on regardait les féministes françaises. Aujourd’hui, on regarde les Argentines”. Pamela García Martín, militante et politologue, décrit comment les femmes ont lutté, depuis la fin de la dictature militaire en Argentine, pour la légalisation de l’avortement. Une victoire décrochée en décembre 2020 et qui provoque des contre-réactions violentes dans la région.
  • Contre-courants. La chronique de Corinne Morel Darleux, écrivaine, militante écosocialiste, autrice de Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce (Libertalia).
  • Le Kanar déchaîné. Un dessin caustique et nécessaire signé Bernard Querton, alias Kanar.

Le sixième continent

[Usuel. Partie étendue du monde]

Le long format

Sciences : l’ère du soupçon

Depuis l’arrivée de la pandémie, les théories du complot et les informations fallacieuses gagnent dangereusement du terrain. Avec, au cœur de cette vague de soupçon et de désinformation, une mise en cause frontale des sciences et des experts. Quelle est la place de la science en démocratie ? Quel est son statut social, son rôle sociétal ? Comment les scientifiques vivent-ils cette époque troublée ? Comment opèrent les populistes anti-sciences ? Dans un dossier fouillé de vingt-deux pages, Imagine est parti à la rencontre de chercheuses et de chercheurs avec un regard critique et prospectif.

Zones fertiles

[P. méton. Abondantes en récoltes]

Observations – alternatives – solutions

  • Dix ans pour sauver l’océan. La décennie qui s’ouvre est cruciale pour l’océan : d’ici 2030, 30 % de la haute mer et des eaux nationales devra être transformé en aires protégées. Un traité mondial pour préserver la haute mer, vaste zone située hors des juridictions nationales, est négocié sous l’égide des Nations Unies. Imagine fait le point sur ce défi surnommé 30x30… Et plonge le long des côtes espagnoles, où SOS Corales, le premier projet participatif de restauration de coraux d’eau froide en Méditerranée vient de démarrer.
  • Géo-stratégo. La chronique d’Arnaud Zacharie, secrétaire-général du CNCD-11.11.11.
  • Le Martinet, du charbon à la slow food. Les terrils du Martinet, aujourd’hui hauts lieux de la biodiversité, ont été le théâtre d’une très longue lutte du comité de quartier pour leur conservation. Et sont à présent, avec les bâtiments subsistants du charbonnage, au cœur du développement d’une alimentation durable à Charleroi.
  • Lanceurs d’avenir. L’association R-Use, à Ixelles, lance en pleine crise sanitaire un projet centré sur la formation et la réutilisation de tissus de seconde main. De leur côté, As bean et Sonian Wood Coop développent les filières courtes dans les cantines de l’ULB et dans la hêtraie de la forêt de Soignes. Trois projets inspirants mis en avant par Imagine.
  • Singa : la solidarité en binôme. L’inclusion dans une société d’accueil passe par les rencontres, la solidarité et la création d’un “capital social”. C’est ce que défend l’association Singa, qui, à travers son programme Buddy, met en lien des personnes nouvellement arrivées en Belgique et des résidents bruxellois. Reportage sur une complicité naissante entre deux femmes.
  • UEtopique. La chronique d’Olivier De Schutter, professeur à l’UCLouvain, rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme.
  • Ruralités, par Sébastien Somville.

Terra incognita

[Du latin. Territoire qui n’a pas encore été exploré par l’Homme.]

prospective – adaptation – utopies

  • Voitures électriques : un pari risqué. Les ventes de véhicules électriques ont décollé en 2020. Attentiste, la Belgique a peu développé son réseau de recharge. Sécurité d’approvisionnement, disponibilité des minerais, taille des véhicules… Cette mobilité rencontre-t-elle vraiment les impératifs écologiques ?

  • La chronique sciences de Pablo Servigne et Raphaël Stevens, chercheurs indépendants, experts en études prospectives et auteurs de « Aux origines de la catastrophe », co-édité par Imagine Demain le monde et Les Liens qui Libèrent.

  • Le nomadisme des ruches. La crise climatique affecte durement les abeilles dans le sud de l’Europe. Dans le Nord, la transhumance des ruches devient une dimension clef pour polliniser les cultures. C’est le neuvième épisode de notre série Climate Voices.

  • L’ethnofiction pour imaginer le 22e siècle. L’anthropologue Fanny Parise imagine des mondes du futur et nous incite à réfléchir à ce que nous pouvons faire aujourd’hui pour faire advenir les plus positifs. Voyage en sa compagnie vers les sociétés du nova orakolo, du malhela ordo ou du supera morala

Les confluents

[Par analogie. Point de rencontre de deux ou plusieurs voies]

transmission – bien-être - soins

  • Les mots et les maux des luttes non-mixtes. De plus en plus d’organisations et de collectifs, notamment féministes et antiracistes, s’organisent en non-mixité. Outil d’émancipation pour les uns, cette pratique est considérée comme discriminante par les autres. Et suscite des controverses parfois violentes. Imagine fait le point sur la non-mixité : son histoire, son utilité et ses victoires.
  • La Petite école ou l’art de la reconstruction. Une dizaine d’enfants migrants, souffrant bien souvent de traumatismes, (ré)apprennent les codes de l’école dans un lieu empli de bienveillance - et reprennent des forces avant de se lancer dans la grande école.
  • A la vitesse des plantes. La chronique de Gaëlle Jeanmart, de l’Asbl Philocité, qui propose un petit exercice de la pensée en mode végétal.
  • Les pionniers de l’écologie, par Dominique Bourg. Dans chaque numéro, le philosophe nous replonge dans l’œuvre d’une figure marquante. Cet épisode est consacré à John Muir.
  • La randographie, par Romane Kolb. La dessinatrice belge Romane Kolb réinvente à sa manière le carnet de voyage à travers ses “randographies”. Dessin, cartographie, récit… autant d’ingrédients de son portfolio consacré aux Dolomites.
  • Le baromètre égalité-diversité. Dans ce baromètre, qui porte sur le numéro précédent d’Imagine, la rédaction innove : nous avons compté le “temps de parole” de nos intervenants… Une première en presse écrite.

Au large

[ Adv. Dans un espace étendu, profondément]

sensibilité – arts – esthétique

  • Blaise Ndala : “Comme citoyen et comme romancier, j’aime épouser toutes les identités”. A l’occasion de la sortie de son dernier roman (Dans le ventre du Congo, au Seuil), ce juriste et écrivain congolais installé au Canada nous raconte sa vision de la fiction et de notre mémoire coloniale.
  • Nos coups de cœur culturels.
  • Haïku et écologie. Dans chaque numéro, Imagine met en avant un haïku en lien avec les crises écologiques. Yamaguchi Ryùishi ressent la fièvre du monde.
  • La ritournelle, par Philippe Marczewski. Dans chaque numéro, l’écrivain et finaliste du Prix Rossel 2019 nous propose un exercice de “psychogéographie minuscule”. Dans ce cinquième épisode, il nous emmène à Deûlin sur les rives de l’Ourthe.

dans ce numéro

Entre les pages

  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours
  • Aperçu d'une page de contenu du numéro en cours

Imagine est un éditeur indépendant. Il vit en priorité grâce à ses lecteurs. Abonnez-vous et contribuez au développement d’un projet de presse original, alternatif et sans but lucratif.

S’abonner